3. Justice climatique

JUSTICE CLIMATIQUE ET DROIT(S) DES GÉNÉRATIONS FUTURES

Partout à travers le monde, particulièrement depuis 2015, des actions en justice climatique sont actuellement à l’œuvre. Agir en justice au nom des générations futures, voilà une spécificité judiciaire de notre temps. Si la voie a été ouverte en ce sens en 1993 par Tony Oposa dans la célèbre affaire Oposa v. Factoran, longtemps cette action en justice atypique n’a pas été engagée. Parce que la justice climatique nous concernent tous, les citoyens s’organisent entourés d’avocats et de chercheurs pour faire progresser la justice climatique. Elle est la marque de la progression du droit des générations futures, un droit qui oblige aujourd’hui dans une perspective à long terme.

Parce que le moment est venu d’œuvrer pour les générations futures, la Chaire Normandie pour la paix soutient l’initiative « I am Climate Justice » imaginée par Tony Oposa et le Professeur Robinson.

Le projet est ambitieux : saisir la Cour internationale de justice d’un avis consultatif afin de placer les États du monde entier devant leurs responsabilités en matière de justice climatique. Avec l’aide d’un travail de diplomatie scientifique (rédaction d’un projet de résolution à faire voter par l’Assemblée Générale des Nations Unies) appuyé par un travail de mobilisation de la société civile, la Chaire Normandie pour la Paix entend essaimer des graines pour nourrir le droit de demain.

Afin de soutenir ce travail de diplomatie scientifique, nous lançons une pétition en ligne pour que la société civile soutienne ce processus de saisine de la CIJ : I am Climate Justice : petition.

Moot court intergénérationnel Tony Oposa – 1er septembre 2016

Documents présentés à l’Assemblée générale des Nations Unies

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search